L'art du pied... le blog !

19 mars 2020

Camino de Levante a Santiago

 

 

 

WIN_20190907_11_23_51_Pro

 

 

Voilà de quoi rêver un peu : le déroulé des 7 semaines de voyage à pied de Valencia à Muxia, via Santiago de Compostella... Je suis parti de Valencia le 26 août, je suis arrivé à Santiago le 6 octobre, et à Muxia le 11 octobre 2019.

De quoi s'aérer à la fin du confinement !

 

 

WIN_20190907_11_24_52_Pro

 

 

 

Semaine 1 : Valencia – Chinchilla de Montearragon. 206 km (29,4 km/j)

 

 

WIN_20190830_18_05_50_Pro

 

Valencia – Algemessi : 38 km

Albergue comunal (gratuit) – prendre la clé au musée ou se rendre à la Policia Local (ayuntamiento)

Credencial possible au musée.

Cuisine équipée, courses possibles en ville (plusieurs supermarchés). Wifi

 

Parcours sortie de Valencia ; étape beaucoup trop longue (en plus on se perd!) ; passer pas le centre de Sillas, sinon c'est foutu ! Pour raccourcir l'étape, on peut prendre un bus jusqu'à Sillas, sinon on peut partager l'étape en s'arrêtant à Almussafes (hôtel possible)

 

Algemessi – Xativa : 30 km

Pas d'albergue ; mais bonne adresse Casa rural Xativa ; 25 € mais très bien ; cuisine très bien équipée ; le nécessaire pour petit déjeuner. Wifi

 

Xativa – Moixent : 28 km

Albergue communal donativo ; clé à la Policia local, au pied de l'immeuble (sortie du centre) Chambre dans immeuble services sociaux – frigo, micro ondes ; courses possibles en ville très proche.

 

Moixent - La Font de la Higuera : 18 km

Bel Albergue communal ; gratuit ; clé à la mairie ; micro onde, frigo ; pas d'équipement cuisine.

 

La Font de la Higuera – Almansa : 27 km

Couvent des sœurs. Chambre avec douche, pas de possibilité de cuisine ; 7 €

Almansa est une ville bien équipée pour restaurants nombreux et supermarché idem.

 

Almansa – Higueruella : 38 km

Albergue communal, gratuit ; frigo, micro onde, pas d'ustensiles de cuisine ; clé à l'hôtel, où l'on peut aussi manger ; courses possibles mais pas le samedi après midi ni le dimanche.

 

Etape très longue, que l'on peut redécouper en passant par Alpera (ce qui donne 2x 25 km)

 

Higueruella – Chinchilla de Montearragon : 27 km

Pas d'albergue ; hôtel à 20 €, restauration possible au bar (à toute heure) Wifi

Ne pas monter tout de suite au village médiéval, les hôtels sont au bord de la route. Quand vous êtes installé, c'est beau, là-haut…

 

 

 

Semaine 2 : Chinchilla de Montearragon - La Villa de don Fabrique. 171Km (24,4 km/j)

 

WIN_20190904_16_56_39_Pro

 

 

Chinchilla de Montearragon – Albacete : 16 km

Etape moche, plate. Balisage incertain, mais on s'oriente à vue vers la ville… Logé chez une amie. Pas d'albergue.

 

Albacete - La Gineta : 20 km

Albergue gratuit dans les vestiaires du terrain des sports attenant à la guardia civil, en sortie de ville ; clé sur la porte ! Supermarchés en ville (avant d'aller à l'albergue). Pas de cuisine possible

 

La Gineta – La Roda : 20 km

Albergue donativo (4€) dans l'infirmerie de l'ancienne Plaza de toros !

La clé auprès d'Antonio (attention, albergue à l'entrée de la ville, inutile d'aller à la Policia local qui ne fait que donner le numéro d'Antonio…) Supermarchés en ville, nombreux bars et restaurants.

 

La Roda – San Clemente : 34 km

Albergue municipal ; clé à l'office de tourisme ou Policia Local. Pas de possibilité de cuisine, mais tout en ville (attention, c'est fermé l'après midi jusque tard). Credencial possible à l'OT. (2€)

 

San Clemente – Las Pedroneras : 23 km

Sur le chemin, pause à l'ombre au pied d'un superbe château en ruines, au milieu de la campagne de La Mancha, dans un ancien village, Santiago de la Torre.

Bureau de la Policia Local à l'entrée de la ville, au premier rond point. On y donne les coordonnées de l'homme (francophone) qui gère el albergue parroquial. Superbe ancien couvent de sœurs dans lequel on bénéficie d''une chambre particulière. Un peu cher (15 €) mais très chouette. Grand salon, possibilité de cuisiner, y compris avec des ingrédients trouvés dans la cuisine. Courses possibles tout près.

 

Las Pedroneras – El Toboso : 31 km

Très beau village, rénové à l'excès, ou le « souvenir » de la dulcinea est célébré pour le plus grand profit de celles et ceux qui ont quelque chose à vendre. Déceptions, pas de moulins (!), et surtout pas d'albergue... Je termine à l'hôtel « El Quijote » : chambre (de basse qualité) à bas prix (15 €). Très agréables bars pour passer la soirée et pour le petit dj., sur le trottoir d'en face !

 

El Toboso – La Villa de don Fabrique : 27 km

Super étape. Pause à Quintanar de la orden (Terrasse au pied de l'église, ambiance chaleureuse, super chocolate con parro, sorte de churro allongé). A la sortie, voie verte qui propulse jusqu'à la Villa de Don Fabrique.

Il existe un albergue parroquial, mais voilà, c'est dimanche... Personne à la cure. Juan m'a repéré, et me « recrute » pour la Casa Rural del rincon... Etape inoubliable, incontournable : 20 € pour une chambre somptueuse, assortie d'une bière à l'arrivée et d'un petit déj plantureux, sans compter la conversation et quelques menues provisions pour l'étape.

 

 

 

Semaine 3 : La Villa de don Fabrique – San martin de Valdeiglesia : 160 km (22,9 km/j) (176,5 km)

 

WIN_20190912_09_10_03_Pro

 

 

 

La Villa de don Fabrique – Tembleque : 29 km

Tembleque,village étrange qui affiche de superbes moulins manchegos en son entrée. Comme une ville fantôme, ambiance désert des tartares : de superbes monuments, en particulier la plaza mayor, une merveille, mais personne dans les rues,bars fermés, casas rurales complètes (on peine à le croire, mais pourtant...). Seul recours, le grand hôtel, chambre immense et confortable (charme du « moderne espagnol » des années Franco) pour 25 €...

 

Tembleque – Mora : 25 km

Etape frileuse... et sans relief. Encore pas d'albergue à Mora. On me renseigne dans le superbe ayuntamiento. Ce soir, ce sera « Hostal », bizarrement « fermé » « ouvert »... mais c'est quand même 18 € pour une chambre bien modeste (mais avec la télé!)

 

Mora - Toledo : 23 km (39,5)

Il doit y avoir moyen de faire plus court que les 39,5km de l'étape annoncée... pour ma part, j'ai contourné l'obstacle des derniers kilomètres encombrés des quatre-voies et autres axes routiers en prenant le bus à Nambroca (bus stop à la sortie du village) pour terminer l'étape (8km en bus au lieu des 16 annoncés à pied !). A noter, un café à Almonacid, dans le bar d'une ancienne gloire du football dont les exploits couvrent les murs.

 

Toledo : repos. deux nuits à la Hospederia offerte par la famille pour mon anniversaire ! (sinon,superbe auberge de jeunesse en plein centre (Los pasquales) Journée de visites !

Musée « El Greco », à voir...

 

Toledo – Torrijos : 33 km

Sortie difficile et longue de Toledo... En fait, il faut suivre les fléchages auto en direction de la route 403 et au dernier rond point on retrouve le balisage Compostelle...

Arrivée sur Torrijos, longue et difficile (journée de pluie...). Contact avec la Policia Local pour obtenir la clé de l'albergue, tout proche. Maison de ville, chambres séparées, cuisine sans matériel... Courses très faciles, plusieurs magasins en ville.

 

Torrijos – Escalona : 23 km

Etre à Maqueda avant 11h permet la dégustation de Churros con chocolate inoubliables à la sortie du village !

Clé de l'albergue auprès la Policia Local via l'office de tourisme (face à face au bord de la falaise)

Albergue en sortie de ville, grande pièce avec des lits assez nombreux mais sans équipement (juste une douche). Courses possibles (2 ou 3 supermercados en ville) Place avec arcades, bars sympas.

 

Escalona – San Martin de Valdeiglesia : 27km

Très beau chemin montagneux. Impressionnantes traces d'incendie. Zones de chemins dévastés.

Pas d'albergue ! Hostal el Pilar. 20 €. Petit déj. possible au bar.

 

 

 

 

Semaine 4 : San-Martin de Valdeiglesia – Zamora : 217 km (30,1 km/j)

 

WIN_20190920_13_37_51_Pro

 

 

San Martin de Valdeiglesia – San Bartolome de Pinares : 32 km

Paysages magnifiques : pinède et lande méditerranéenne jusqu'à El Tiemblo, par le GR 10, puis magnifique descente vers le rio Alberche que l'on passe par les ponts médiévaux de la ruta real ! Remontée rude au soleil vers Cebreros.

Montée très modérée vers le col, puis long chemin de lande montagneuse.

Au village Albergue gratuit (grande salle à l'étage avec 6 places) : un numéro sur la porte : el alcalde qui vous accueille en personne. Internet municipal (très bonne connexion à l'albergue)

Joli village, courses possibles (très modestes cependant). Un bar existe, fermé le mardi.

 

San Bartolome de Pinares – Cardenosa : 34 km (en vrai GOTARRENDURA 44km)

Montée jusqu'au col El Boqueron (!), 1315m d'altitude.

Avila. Belle ville, mais je la sens pas, alors je repars, pour arriver à 18h à Cardenosas, désert, sans hébergement possible. Auto jusqu'à Gotarrendura, à 10km. Là, albergue. (numéro chez la voisine de la mairie !) Superbe albergue. Donativo

 

Cardenosa (Gottarrendura) – Arevalo : 27 km

Pas de déj. Rien au premier village, au deuxième un bar sans rien à manger au troisième (El Bohodon), une épicerie. Après Tinosillo magnifique chemin dans la pinède puis route idem.

Policia local : oui il y a un albergue : magnifique maison plein centre ! Cuisine, courses possibles (commerces autour de la place centrale)

 

Arevalo – La Medina del Campo : 34 km

Café tostadas à Ataquines, le milieu du chemin ! Ensuite, beau chemin de llano, beau village San Vicente.

La Medina. OT très sympa, albergue Carmelitas chambre, douche, salon avec frigo mais pas de cuisine (10 €). (attention, magasins fermés le jeudi!)

 

La Medina del Campo – Siete Iglesias de Trabancos : 25 km

Etape courte, bonne halte à Nava del Rey, petite ville sympa et animée.

Siete iglesias : la patronne du bar m'installe à l'étage de l'ayuntamiento (3 €). Bars, mais courses très limitées à la tienda.

 

Siete Iglesias de Trabancos – Toro : 31 km

A noter, bodegas à Villafranca. Puis petite route et chemin au bord du Duero. Montée sur Toro après le pont de pierre, ouf ! (on doit pouvoir trouver un chemin qui monte tout droit, sinon long détour).

Pas d'albergue, pension (20 €) en plein centre, dans la rue principale. Courses possibles, petit déj à la pension mais négocier l'heure de départ le soir !

 

Toro – Zamora : 34 km

Ensuite étape rapide au bord du Duero, mais sans le voir. Le midi, Villalazàn. Ensuite route puis un vague chemin jusqu'à Villaralbo, jamais loin du rio, près d'un canal d'irrigation, et ceci jusqu'à Zamora.

Bel Albergue, où je négocie deux nuits. Belle cuisine, déjeuner collectif. Donativo.

C'est là que l'on rejoint la Via de la Plata, il y a donc plus de monde...

 

 

 

Semaine 5 : Zamora – Lubian : 187 km (26,7 km/j)

 

 

WIN_20190927_11_09_58_Pro

 

Zamora : repos

 

Zamora – Riego : 33 km

Etape sans histoire. Café + empanadilla délicieuse à Montamarta.

Albergue donativo à Riego (3 €). Au bar on peut négocier un truc à manger (Salade + tomate + poulet + pomme + vin = 9€) !

 

Riego – Tabara : 30 km

Après quelques km, super desayuno à la cafet de l'aire. Pause au pont de quinto.

Albergue au bout du village de Tabara. 14 places, donativo, avec hospitalero (repas et déj « communautaire). En ville, WIFI au bar, courses possibles à Corviran.

 

Tabara – Calzadilla de Tera : 34 km

Statue de Santiago à Santa-Marta.

Albergue municipal à Calzadilla. Porte ouverte, s'installer au premier étage . Donativo. Courses possibles (sommaires). Pas de cuisine, mais corde à linge et tables pique nique en bas.

 

Calzadilla de Tera - Mombuey : 25

Etape intéressante. Marche au bord du canal d'irrigation, puis montée vers l'embalse par la garrigue, c'est beau et ça sent bon. Ensuite magnifique chemin bord d'embalse paysage style déhesa. Au village Villar de Farfon, clocher mur où monter, vue sur embalse, et albergue privé où boire un café donativo. L'hospitalero est un Sud Africain évangéliste.

A Mombuey , albergue (donativo) de suite en arrivant. Courses en ville : le sello dans un magasin, puis Corviran (tenu par une famille charmante)

 

Mombuey – La Puebla de Sanabria : 32 km

Belle étape, beaux paysages, rencontre matinale de biches et cerfs (dont un grand mâle aux bois fournis), passage de nombreux villages déserts mais déjà galegos. Cafe con tostadas a Asturianos.

Albergue « usine » mais confortable (12 €) à La Puebla. Courses possibles.

 

La Puebla de Sanabria – Lubian : 33 km

Journée difficile, froid le matin, route l'aprèm après le cafe tostadas de Requejo. Montée par route, puis encore route jusqu'au bout après le second café, merci le chantier de l'AVE...

L'albergue (3 €), grand, équipé d'une cuisine, se trouve a la punta del pueblo. Bars mais pas de courses possibles.

 

 

 

Semaine 6 : Lubian – Santiago de Compostella : 218 km (30,1 km/j)

 WIN_20191002_16_17_33_Pro (2)

 

 

Lubian – A Gudina : 25

Belle étape : Descente vers l'ermita, puis beau chemin jusqu'au col, 1272m, descente vers Vilavella, cafe con tostadas au bar « On Cafe ». Ensuite, superbe chemin au travers de la Galiza rural, bois, prairies, hameaux,villages, belle montée dans les landes.

A Gudiña, village sinistre (depuis le début, vallées dévastées, hâchées, malmenées par les infrastructures espagnoles, autoroute + nationale, double voie ferrée (dont AVE), pylones THT, éoliennes... Où passer le camino dans ces conditions?) mais bel albergue, tout neuf (6 € comme partout en Galiza). Courses possibles, mais au bar « O pelegrino », on trouve largement son bonheur (il ouvre à 6h pour le desayuno)…

 

A Gudina – Laza : 35

Route tranquille dans la brume puis sous la pluie. Nous passons les Vendas, puis la route devient chemin, route à nouveau et enfin chemin dans la descente de Campobeceros.

Café au bar puis montée au soleil vers le joli village de Campa. Après une descente, point d'apoyo de As eltas, pour arriver à Laza vers 17h30. Clé de l'albergue (6 €) à la protection civile sur le côté de la mairie.

 

Laza – Xunqueria de Ambia : 33

Pause à A Albergueria. Bar où on accroche une coquille avec son nom. Ensuite, étape facile jusqu'à Vilar. Moche traversée du llano puis retour aux beaux villages avec Bodadola, sa guinguette sympa et sa fontaine à l'insigne phalangiste. Belle traversée pour finir des landes du coin.

Albergue superbe (6 €). En ville, courses possibles. Encore des traces franquistes, celles sur l'église sont estompées mais pas « Plaza Franco » !

 

Xunqueria de Ambia – Ourense : 23

Etape intégrale bitume, galère assurée, courte heureusement. Route, petit café quand même, polygone indus, entrée interminable sur la ville. Albergue superbe mais vide... (6E) Long tour en ville, rues piétonnes sympas mais magasins ringards. OT pour internet.

 

Ourense – Castro Dozo : 35 (+ 4) km

Plus de 40 km (cause erreur – ne pas quitter la grande route à droite en direction de Dozo église). Drôle d'albergue municipal avec des prestations (repas, massages, 6 €), courses au Corviran, un sous-sol du bar.

 

Castro Dozo – Bandeiras : 33 km

Etape facile. Beaux chemins droits, beaux ponts, en fait plus court que la route qui serpente. Cafe con tostadas à Laxe, pause à Sillenas et au final superbe albergue (6 €) à Bandeiras mais déjà bien dégradé. Même pas un frigo. Courses au Dia, bière au bar avec WIFI.

 

Bandeiras – Santiago de Compostella : 34 km

Eh bien voilà, c'en est fini du « Camino a Santiago de Levante ». 6 Semaines exactement, entre 11 et 1200 km... Passage éclair à l'Obradorio, puis OT : adresse de 2 albergues privados (les publics sont trop loin de la ville). Je vais à Mundoalbergue. Pour 15 € je vais dormir dans la chambre de secours ! Resto super, juste à côté, la Taberna Galega, à recommander !

Petit déj (3  €) très tôt le matin pour aller chercher la Compostella (seule chance de ne pas y passer la journée)

 

 

 

Semaine 7 : Santiago de Compostella – Muxia : 121 km (24,2 km/j sur 5 jours) 

 

WIN_20191006_18_31_29_Pro

 

Santiago de Compostella – Negreira : 21 km

Journée dense. Départ 14h ! Marche difficile vers Negreira : 'albergue Lua, hospitalero frances de Vendée ! (12 €). Bière en ville 1,60, courses aisées.

 

Negreira – Olveiroa : 33 km

Déception ! Ils ont tout dévasté ! Industrialisation de l'agriculture + marchandisation du camino... Le seul truc qui n'a pas changé, l'albergue (6 €). Mini tienda au bar. Ne pas rater les Horreos

 

Olveiroa – Corcubion : 23 km

Etape magnifique ! Montée jusqu'à l'albergue (Odosco?) où desayuno délicieuses avec bon café. Puis bifurc de l'Hospital et beaux chemins dans la lande et les bois.

Sommet face à la mer et au cabo Fisterra. A la côte, passage rapide de Cee et de Corcubion, j'aurais mieux fait de prendre mon temps, ça ouvre à 16h ! Albergue « à l'ancienne », avec cena à 20h y desayuno à 8h ! (donativo).

 

Corcubion – Fisterra : 12 km

La voilà la plus courte étape! 12 km ! En réalité moins de 9, les autres seront faits ce soir pour la posta del sol. Première partie par la route, puis beau chemin, longue plage de Langosteira, arrivé midi, cafe con tostadas. Albergue (attention, risque d'affluence, 6 €)

OT, pour Fisterrana (le certificat disant qu'on est arrivé là!)

Le soir, au cap pour voir la puesta del sol... ambiance très calme, silencieuse même.

 

Fisterra – Muxia : 29 km

Belle étape, tranquille, bien rythmée, la dernière ! Petites routes, beaux chemins, village à mi-chemin. Plusieurs « haltes » dans les hameaux pour le repos du pèlerin. Hé bergé chez dezs amis. Mais il y a un albergue très moderne. (6 €, Galiza oblige)

 

Muxia Santiago (Bus tôt le matin)

Posté par artdupied à 13:28 - Commentaires [3] - Permalien [#]