Passer le pont... un évènement inoubliable...

 

pont-de-saint-nazaire

 

Ayant fort peur des ponts - pontophobie ? - j'avais invité la famille pour me soutenir dans l'épreuve : passer à pied le pont de Saint-Nazaire ! Disons-le d'emblée, ce fut une journée inoubliable, un grand moment de solidarité familiale, de bonne humeur, d'enthousiasme, et même d'émotion : qu'il est bon de se sentir entouré !

Avant l'effort, un brin de réconfort grâce à un excellent café au "Couleur Café", face à la gare. Puis une approche automobile incertaine. Et puis l'entame, vent de travers comme il se doit. Dans l'ordre sur une seule file : Vincent (c'est moi, lui), Betty, Marion - à peine descendue du train - Charlotte et Vince - invité de dernière heure. 

A la file, parce que le passage est très étroit, coincés que nous étions entre la rembarde, pas si haute, et un rebord de béton nous séparant de la chaussée - la bande cyclable pour être précis. Au fur et à mesure de la montée, la tension fit de même, ainsi que la force du vent et la majesté du paysage...

Une bourrasque fût de trop qui me persuada de faire demi-tour ! Eh oui, il faut savoir renoncer dans la vie, même moi j'en suis capable ! Bizarrement, je n'ai pas eu peur, mais simplement la conscience que la chose pouvait s'avérer dangereuse. J'ai toujours dit, et je compte bien le répéter, que pour moi marcher n'est pas un exploit, que c'est à la portée de tous... Eh bien, là, non.

Mais nous l'avons quand même passé, le pont, en voiture, et nous avons fini par un pique-nique en plein vent sur une jolie plage de Saint-Brévin. Il manquait un peu une coupe de Champagne, on y pensera la prochaine fois !

 

"La Loire à vélo"... à pied

 

Me voici donc sur le parcours dit de "La Loire à Vélo". Mais je m'y promène à pied, bien entendu. De ma halte Nantaise, je peux vous donner une première impression : c'est génial ! 

De jolies petites routes de campagne jusqu'à Paimbeuf, qui permettent une vue, et une vue, et encore une vue... sur le pont... Puis, quelques kilomètres plus loin, le superbe canal de La Martinière, qui offre une quinzaine de Km de randonnée à l'ombre de grands arbres au bord de l'eau.

La Loire, j'y viens. Hier, j'ai passé deux fois le bac : sud nord, puis nord sud. Et ce matin, j'ai passé le pont (et même deux, parce qu'ici le fleuve a des bras) pour arriver à Nantes.

La Loire, c'est aussi Estuaire et ses drôles d'installations un peu foutraques, carrément fantasques. La marche à pied est très adaptée à cette visite : on rate des sites, il faudra revenir, mais on apprécie pleinement ceux que l'on trouve !

 

Ici, le Jardin étoilé, à Paimbeuf

Nouvelle image

 

C'est tout pour aujourd'hui...

La prochaine fois, plus de photos, des nouvelles de la bête (comment j'incorpore ma nouvelle condition de marcheur estival), la chronique du camping, que sais-je encore !

Merci de vous être abonnéEs, et n'hésitez pas à recommander cer blog à vos amiEs


Bizàmeslec-trice-teur-s